Bertrand Tremblay, logo de l'exposition Voyages © Bertrand Tremblay, 2001
 

 

 


À mes maîtres, à mes amis
et à ceux qui avec moi tentent de briser le silence

Une invitation à participer à la revue Embarcadère de Charlevoix est à l'origine de cette exposition. Cétait une occasion inespérée de sortir de ma poche de marin des dessins réalisés en voyage dans l'Arctique, dans la Baie d'Hudson, dans le Golfe du Saint-Laurent, sur le Fleuve, de même que dans les Maritimes.

Il ne s'agit nullement ici d'observations sur le motif, mais bien de repliements, de recroquevillements, de retour en moi, d'expression de mon voyage intérieur. En effet, il ne m'était pas possible, dans les conditions ardues de mon périple, d'élaborer des œuvres monumentales, mais plutôt de petits dessins, des dessins de l'intérieur, des dessins au crayon noir, des dessins très proches de l'écriture et de la réflexion, des dessins qui effleurent la pensée et, qui sait, peut-être ne s'agit-il ici que de lamentations. Peu importe, puisqu'il s'agit de la création du voyage intérieur.

Je me devais pourtant de témoigner aussi de ce voyage au coeur du réel, objet principal de ma peinture depuis maintenant dix ans. Voyage qui, par contraste, s'élabore dans le large, à travers la matière, voyage exubérant de couleurs et d'énergie. Ainsi, cette exposition comprend-elle aussi des tableaux qui se veulent le contrepoint de la méditation, l'expression joyeuse de mon être-au-monde, une forme d'expression diamétralement opposée à l'idée même de repliement.

Reste le voyage ultime à travers les mots. Voyage où la matière est occultée. Où l'expression est asservie à la pensée. Où l'émotion devient véhicule. Dans ce voyage, il n'y a plus de vaisseau, plus de matière, il est question d'un homme à travers les marées de la vie.

Mon itinéraire s'inscrit ainsi dans plusieurs dimensions de la création artistique. Tantôt, il fait appel au rêve et au subconscient, aussi bien par les mots que par le dessin, tantôt il exprime avec force le dehors, avec ses couleurs et sa profusion. Des approches qui ont une raison d'exister aussi forte que le silence.

Bertrand Tremblay
18 juin 2001


 


Visite complète, page précédente

Visite complète (suite) | Page d'accueil